[Témoignage] J’ai assisté à un cercle de pardon

Bonsoir,

Je sors du silence des derniers temps et profite d’une accalmie dans ma vie pour de venir publier ici et partager une expérience avec vous. Il y a quelques semaines déjà, j’assistais pour la première fois à un cercle de pardon. L’expérience était trop belle pour ne pas être partagée avec vous. Les cercles de pardon constituent un rituel collectif de guérison. Ces cercles existent depuis plusieurs années et sont généralement animé par des thérapeutes (mais pas nécessairement). J’ai cherché des renseignements sur Facebook. Sachez qu’il y a régulièrement des cercles de pardon un peu partout en France et en Europe. Pour ma part, j’ai participé à un cercle se tenant dans le 14ème, au forum 104.

La soirée commence par une brève introduction aux accords toltèques, une introduction à la notion de pardon et à ses bienfaits, s’ensuivent ensuite des exercices. Nous étions plutôt nombreux, une trentaine de participant(e)s. Après l’introduction, nous nous sommes chacun présenté afin d’exposer brièvement la raison de notre présence dans le cercle. Pour ma part, je sens qu’il y a un fardeau dont j’ai besoin de me délester. Il y a certainement une (grosse) partie de ce que l’on appelle le transgénérationnel… Fille de migrants, j’ai grandi dans une famille où la génération précédente a connu l’horreur de la guerre, l’enfer des camps de réfugiés et la douleur de quitter son pays et de devoir se reconstruire à l’autre bout du monde. Je sens qu’il y a une douleur à guérir dans les racines de l’arbre d’où je viens, si vous voyez ce que je veux dire… J’y suis allée dans une démarche thérapeutique, un peu nerveuse mais décidée à me lancer.

Pardonner. Un verbe si simple pour décrire un processus qui peut s’avérer parfois long et complexe. J’ai aimé l’image du chemin du pardon. Pardonner pour se libérer, pardonner pour continuer à aimer et pardonner pour se sauver. Le pardon n’est pas une faveur que l’on rend à ceux qui nous ont blessé mais bien un cadeau que l’on se fait à soi-même. La rancœur est un sentiment tenace qui nous pousse à fermer notre cœur, pour ne plus être blessé. Le premier exercice consistait à écouter le cœur des autres participant(e)s et vice-versa. On demande d’abord à l’autre si on peut écouter son cœur. Il n’y a bien entendu pas d’obligation à accepter. Suite à cet exercice, un des participants a si joliment dit qu’écouter un cœur battre, c’est un hymne à la vie. J’ai trouvé cet exercice un peu étrange au début, étant donné qu’il consistait à poser son oreille contre le torse d’inconnu(e)s, mais c’était beau. On le sait pourtant, mais l’expérimenter à travers cet exercice tout simple m’a permis de me souvenir que sous notre enveloppe physique, nous avons tous un cœur qui bat en nous. Et je crois qu’il n’y a rien de plus beau comme son que d’écouter les pulsations d’un cœur.

Puis il y a eu l’exercice du regard où l’on se regarde dans les yeux en se demandant mutuellement pardon. J’ai trouvé cet exercice bien plus intime que le premier. Le regard ne triche pas. On dit que les yeux sont la fenêtre de l’âme et je suis toujours fascinée par la quantité d’émotions qu’un regard transmet. C’est complètement fou le nombre de choses que l’on peut ressentir en plongeant dans le regard de l’autre. J’avais l’impression qu’on me racontait une histoire. Une histoire que l’on transmet en silence car que valent les mots face à la puissance d’un regard ?

Le regard peut exprimer tellement, l’intelligence, la vivacité, la vulnérabilité, la fatigue, la mélancolie, l’empathie, la douceur, la tristesse… Parfois tout cela en même temps. Plonger dans le regard de quelqu’un pendant aussi longtemps en lui demandant pardon était vraiment puissant. Au bout d’un moment, j’avais l’impression d’être dans un état second, en fond sonore j’entendais « Je te demande pardon » et j’ai senti qu’il se passait quelque chose au niveau transpersonnel. Parents, amis, amants, inconnus, tout cela n’a pas d’importance au fond, je crois que l’essentiel est d’aller au-delà de la rancœur, de chercher plus loin et de se reconnecter à sa capacité profonde à aimer inconditionnellement. L’échange se fait dans les deux sens, on donne le pardon et on le reçoit. C’était vraiment puissant de demander pardon à des inconnus, face à la douleur de certain(e)s, j’ai eu cette sensation étrange de demander pardon pour le mal que d’autres auraient pu causer… C’est un peu difficile de verbaliser ce qui s’est passé durant ces heures-là car je pense qu’il faut l’expérimenter pour saisir la beauté de ce rituel de guérison.

Assister à un cercle de pardon, c’est prendre une douche du cœur. Se débarrasser de la crasse de son chagrin, laisser sa douleur s’écouler, se diluer … Ouvrir de nouveau son cœur à la possibilité de l’Amour.

Je ne dis pas qu’il suffit de quelques heures pour guérir. Je pense même que la guérison est un processus sans fin. Mais ce cercle de pardon a eu des vertus thérapeutiques, c’est indéniable. Cela m’a sorti de ma torpeur émotionnelle, j’ai ressenti énormément de compassion et d’empathie pour les personnes qui étaient présentes ce soir-là et eu ce sentiment d’appartenir à quelque chose de tellement plus grand… C’est beau de se dire que la diversité de nos âges, sexes, chemins de vie n’avait pas d’importance dans cette salle car nous partagions tous la même démarche: Pardonner. Nous sommes tous partis dans un état émotionnel différent. Cela s’est ressenti dans l’atmosphère de la salle, qu’une transformation, parfois infime, parfois immense avait eu lieu.

J’ai l’impression d’avoir été Ailleurs ce soir-là et lorsque j’ai quitté la soirée, je me suis sentie légère mais également pleine d’amour pour l’humanité. Je crois que j’avais besoin de vivre cela pour me rappeler que les gens ne sont pas juste des corps se mouvant dans l’espace, que nous sommes tous les mêmes au fond… Vous comprenez donc que je vous recommande vivement les cercles de pardon. J’y retournerai certainement à la rentrée 🙂

Si vous avez des questions ou des témoignages sur le pardon, ma section commentaires est ouverte 😉

Je vous souhaite de passer un bel été.

Pour aller plus loin:

 

 

Laisser un commentaire