[Portrait] Nora, photographe

Hello, hello,

Aujourd’hui j’ai l’immense plaisir de vous présenter la lumineuse Nora. Nora et moi nous nous sommes rencontrées dans le cadre d’un shooting Photo Boost. Nora travaille notamment en tant que photographe pour SELF Collective© , une association fondée par Nathan Obadia pour permettre aux femmes de prendre conscience de leur force et développer leur confiance en elles grâce à divers outils tels que la respiration, le rapport au corps et aux émotions. La SELF Méthode est à la croisée de la self défense, de la méditation, du travail vocal et du théâtre. SELF Collective© propose aux femmes des stages BoostHer. Il existe différents stages: le BoostHer Impro, le BoostHer Voix et le BoostHer Défense. Comme d’habitude, vous trouverez tous les liens à la fin de l’article afin d’en savoir plus. La rencontre avec Nora a été placée sous le signe du partage et de l’authenticité, un dialogue intéressant avec une femme en quête de sens.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

Je suis née et j’ai grandi à Paris, d’un père français et d’une mère marocaine/espagnole, nous avons grandi dans l’ouverture d’esprit avec mon frère. Après une scolarité presque parfaite puis une année post-bac chaotique en médecine, je me suis orientée vers la photographie, hobbie présent depuis l’adolescence. Issue de parents architectes et passionnée de danse et de musique depuis mon jeune âge, j’ai toujours baigné dans le milieu artistique. Après trois année à l’école Efet, j’ai obtenu un diplôme de photographe en 2011. Depuis j’exerce cette activité en tant que freelance dans les domaines du reportage, de l’événementiel et du portrait. (…) J’ai en parallèle lancée le projet « Danse Urbaine » qui m’a permis de combiner mes deux passions en travaillant avec des danseurs en mouvement dans Paris. Je pense qu’il est intéressant en tant que photographe de maîtriser son sujet, cela permet de pouvoir le mettre en valeur.

Peux-tu nous raconter ton expérience en tant qu’élève BoostHer?

J’ai pris la décision de suivre les stages BoostHer car j’étais dans une période de ma vie où j’avais ce besoin de me recentrer sur moi. Dans ma quête d’identité, je me posais de nombreuses questions. J’ai effectué deux stages: le BoostHer Défense (juin 2018) et le BoostHer Voix (novembre 2018), durant lesquels j’ai appris plein de choses extrêmement intéressantes en termes de rapport aux autres, d’écoute de soi, de gestion des émotions et de communication non violente.

J’établis une sorte de parallèle entre mon rapport au monde qui a évolué et la photographie: j’ai appris à voir les choses sous un angle différent, tout comme la photographie permet d’apporter un autre regard sur une situation, une personne ou un objet. On a chacun notre vision des choses, notre vérité. Se mettre à la place de l’autre c’est changer d’angle.

Depuis que j’ai participé aux stages BoostHer, j’ose plus m’affirmer et j’ai appris à poser mes limites et à me positionner différemment dans mon rapport aux autres. Je m’autorise à donner mon avis et je me sens plus légitime. SELF Collective m’a également permis de booster ma créativité, je pense que c’est grâce à l’émulation du groupe, une idée en amène une autre, faire partie d’un collectif revient à faire du brainstorming (ndlr: réflexion de groupe).

Que pourrais-tu nous dire sur ton métier de photographe ?

Pour moi la photographie est une histoire de rencontre et de partage. Je prends des photos pour raconter des histoires, pour témoigner de l’instant présent sans artifices: juste avec nos émotions, notre énergie, notre vulnérabilité, tel que nous sommes. Je prends des photos pour retranscrire des choses que l’on ne « voit » pas car on les vit, pour avoir ce rôle de petite souris qui capte tout en discrétion, et toujours dans le respect.

Mes intentions en tant que photographe sont multiples. Nous avons tous une beauté en nous, je dirais même une lumière et je souhaite que les gens prennent conscience de leur beauté et puissent se voir telles que je les vois. Il faut se l’avouer, la photographie a un côté très intrusif. Cet objectif disproportionné braqué sur nous, qui nous scrute et qui a le pouvoir d’arrêter le temps. On peut se sentir démuni, mis à nu, observé et figé.

Lors d’un shooting privé, il est donc primordial pour moi de prendre le temps de mettre la personne avec qui je travaille à l’aise. Je fais de mon mieux pour m’adapter au modèle, j’aime bien proposer aux gens de se mettre en mouvement; je demande souvent aux personnes de commencer la séance en marchant par exemple. Je les invite à bien respirer, ce qui est la base de toute re-connexion à soi et à son corps (merci le stage BoostHer pour ça).

En quoi consiste le Photo Boost et comment l’idée t’est venue de proposer cela ?

Avant d’intégrer SELFCollective,  il m’arrivait régulièrement de travailler avec des particuliers notamment pour la Shooting Box. Ce qui signifie que les personnes que je prenais en photo me contactaient afin de bénéficier d’un cadeau offert par leurs proches, la démarche ne venaient donc pas d’elles et cela arrivait souvent qu’au début du shooting il y ait un peu d’appréhension et que j’entende des phrases telles que « je ne suis pas du tout photogénique », « je ne suis pas à l’aise devant un objectif », « je ne m’aime pas en photo ». Mon travail en tant que photographe consiste à mettre les modèles en confiance, leur permettre de passer un moment agréable tout en prenant des photos réussies. A la fin de ces séances photos, la plupart des gens étaient agréablement étonnés du résultat. Dans ces moments-là je me sentais utile car je me disais que la personne s’était vue et s’était trouvée belle. Le challenge était relevé et je sortais de la séance avec un bien-être profond.

En intégrant SELF Collective, j’ai eu envie d’apporter ma pierre à l’édifice. Le projet me plait énormément, toutes les femmes devraient faire ce type de stage et j’adhère vraiment aux valeurs du collectif. L’idée a donc émergé et je me suis dit que la photographie avait aussi sa place pour redonner confiance en elles aux femmes. C’est alors que j’ai proposé le concept de Photo Boost à Nathan (le fondateur de SELF Collective©). Mon rôle durant ces séances est de proposer un terrain de confiance, de partage, de bienveillance et de lâcher prise afin de reconnecter les participantes à leur image.

Où trouves-tu ton inspiration ?

Lorsque j’ai débuté la photographie, j’étais principalement inspirée par la photographie humaniste. Aujourd’hui, je trouve que que tout est inspirant lorsque l’on sait regarder. Je dirais plutôt que j’ai des élans de créativité ou d’idées. Elles peuvent apparaître lors de la visite d’une exposition, d’une balade en nature, de l’écoute d’une musique, d’un échange avec des amis ou encore d’une lecture inspirante…

 

.

Si tu étais

Un animal: une coccinelle
Une fleur: une rose blanche
Un livre: L’alchimiste de Paulo Coelho
Un objet: un carnet
Une odeur: la mer
Un bruit: la pluie
Un mot: lumière
Une célébrité: Meryl Streep
Une chanson: Don’t worry, be happy

Pour aller plus loin:

 

Laisser un commentaire