[Voyage] Nusa Penida, la fin de mon voyage en Indonésie

Hello, hello,

Une de mes citations préférées est de Romain Duris dans le film L’auberge espagnole « Je vais pas raconter les choses dans l’ordre, parce que dans l’ordre c’est le bordel. » et c’est ce que je m’apprête à faire car lorsque j’ai rédigé une ébauche d’article pour vous raconter mon expérience balinaise incroyable et le séjour passé à La Villa Inka, chez Laura, rien n’y a fait, toutes mes phrases me paraissaient maladroites ou surfaites.

J’ai donc mis cet article en stand-by pour le moment et je vais donc poursuivre mes articles en vous racontant la fin de mes vacances qui se sont conclues par deux jours à Nusa Penida et un jour à Canggu avant de prendre mon vol retour.

Pour résumer mon séjour en Indonésie, j’ai passé quelques jours à Ubud, puis une semaine entière à Canggu, je suis retournée à Ubud plusieurs jours puis je suis partie en direction de Nusa Penida.

Je n’ai passé que deux nuits à Nusa Penida et pour être honnête, je le regrette un peu… Je me suis un peu éternisée à Ubud car j’ai eu beaucoup de mal à quitter cette ville. J’y ai fait de très belles rencontres, j’y ai vécu des choses fortes. Mon amie inséparable durant ce voyage, Louise étant retournée en Suède et Rune, mon acolyte à Ubud parti dans le sud de Bali, cela marquait en quelque sorte la fin d’une étape de mon voyage.

Bref, en partant à Nusa Penida, j’ai un peu le vague à l’âme car mes amis me manquent déjà. En prenant le bateau, avec ma musique dans les oreilles, je profite du voyage car j’en prends plein les yeux. L’eau est MAGNIFIQUE et ayant la chance d’être assise à l’arrière, je me prends plein d’eau salée et je suis trop contente ! Que c’est bon de sentir le mouvement des vagues… C’est là que je me rends compte que la ville peut être étouffante à force et ça me fait du bien d’avoir quitté la circulation bruyante d’Ubud pour me retrouver là. Premier stop du bateau, Nusa Lembongan et là, ça faisait des années que je n’avais pas vu ça ! L’eau transparente, le sable blanc… Comme sur les cartes postales, sauf que là c’est en vrai et j’ai du mal à réaliser ma chance d’être là…

Dernier arrêt, Nusa Penida et là je vais vous faire rire. Je donne le nom de mon auberge à un chauffeur de scooter. Il me demande 70 000r roupies en m’indiquant que mon auberge est loin et se trouve à 10km de là. Bon, il fait super chaud, ma valise est lourde, j’ai pas envie de négocier donc j’accepte…Il me répète ‘hostel, hostel’ (oui enfin la plupart des auberges s’appellent comme ça, le plus important c’était le nom qui venait avant…) et il a fini par me déposer devant une auberge au pif en me disant ‘hostel’. Là, je vérifie sur mon téléphone et je réalise que j’avais réservé une auberge sur Nusa Lembongan et pas Nusa Penida. Je paie le chauffeur et demande à la réceptionniste si je peux passer une nuit à l’auberge. (Je suis un boulet et je me fatigue ahah). Ce qui est marrant, c’est que comme par « hasard », je me retrouve dans la même auberge que des allemand-e-s que j’avais rencontré à l’auberge à Ubud. Donc tout est bien qui finit bien.

J’espérais naïvement pouvoir me déplacer à pied là-bas mais le soir de mon arrivée après avoir parcouru quelques centaines de mètres pour pouvoir rejoindre mon auberge, j’ai lâché l’affaire. Pour la bonne raison qu’il n’y a pas de trottoir à proprement parler partout, pas de lampadaire et que les gens conduisent mal, en marchant là-bas, j’avais l’impression de signer mon arrêt de mort (j’exagère à peine).

Le lendemain on part à la découverte de Kelingking beach. La plage la plus touristique et emblématique de Nusa Penida, pour cause,  cette plage nichée en bas d’une falaise est magnifique. Pour y accéder, il faut donc descendre la falaise et je préfère vous prévenir, le chemin est dangereux. C’est très raide, ça glisse et il faut être dans une certaine condition physique pour pouvoir ensuite remonter la falaise (environ 45min d’escalade ou plutôt d’ascension).

Nusa Penida est très différente de Bali, le climat est beaucoup plus sec, les paysages plus sauvages. La végétation n’est donc pas la même. L’île est très belle certes et j’aimerai pouvoir y retourner un jour car mon séjour là-bas était vraiment trop court.

Cependant, je ne sais pas si je le ferai car Nusa Penida est devenue une destination en vogue et cela se fait au détriment des populations locales, notamment à cause du manque d’eau sur l’île. Cela a évidemment amorcé une réflexion chez moi, qui m’était déjà venue lorsque j’avais mis les pieds à Bali la première fois, notamment sur l’exploitation animale que je ne cautionne vraiment pas. Mais lorsqu’on voyage il est intéressant de réfléchir à son mode de consommation et à l’impact du tourisme sur la population locale et les ressources naturelles…

Lundi matin, je prends le bateau pour retourner à Bali et retrouve Laura à Canggu. J’avais le corps un peu cassé de partout car j’avais enchainé ascension du Mont Batur puis Kelingking beach et même si sur le moment je n’ai pas ressenti de difficultés, mes jambes s’en souviennent et je suis gentiment courbaturée donc je profite de ma dernière journée balinaise pour ne RIEN FAIRE. Je suis allée me faire masser chez Chillax Spa, ensuite je bulle au bord de la piscine en prenant des selfies pour me souvenir de mon visage lorsqu’il est complètement détendu. Ce n’est pas une blague, ce voyage m’a aussi transformée physiquement, je me rends compte que toutes les tensions ont déserté mon visage, que j’ai l’air sereine et apaisée comme je ne l’avais jamais été ! Le soir, Laura et moi on dîne ensemble dans un restaurant tahitien et je passe ensuite ma dernière nuit balinaise dans la Villa Inka à Canggu…

J’aurais cru que quitter Bali serait plus difficile que ça. Pourtant, la veille du départ je me sens en paix, certainement parce que je me dis qu’il est maintenant temps d’écrire le prochain chapitre de ma petite vie et d’assimiler tranquillement les expériences incroyables vécues durant mon séjour balinais. Ce voyage a été particulièrement riche et intense, bien au-delà de ce que j’aurais pu imaginer. Durant ce voyage:

  • J’ai fait des rencontres incroyables et partagé des moments de connexion forte!
  • J’ai redécouvert les joies du voyage solo: pas de concession à faire, on écoute SES envies, SES besoins et surtout on rencontre beaucoup plus de monde.
  • J’ai réalisé à quel point parler anglais me manquait ainsi que la multiculturalité.
  • J’ai mis ma capacité d’adaptation à l’épreuve.
  • J’ai pris conscience de mes croyances limitantes et décidé qu’il fallait que je travaille absolument sur le renforcement de mon mental!
  • J’ai décidé de changer de vie… Je vous dis tout très vite sur les réseaux sociaux.
  • J’ai beaucoup ri, pleuré, dansé autour d’un feu, mangé (ah la nourriture balinaise…), pris un coup de soleil… Bref, des vacances classiques, mais qu’est-ce que c’était beau et bon.

J’éprouve énormément de gratitude d’avoir eu le privilège de vivre ce voyage de rêve et d’avoir rencontré les bonnes personnes au bon moment. Aucun doute, j’ai une bonne étoile qui veille sur moi…Bali, je reviendrai te voir <3

Pour celles et ceux à qui cela a donné envie de visiter l’Indonésie à votre tour, lancez-vous ! Laura a rédigé un article très complet à ce sujet, à lire ici.

 

 

Laisser un commentaire