2019, l’année des changements

Hello, hello,

Alors que 2019 touche bientôt à son terme, j’en profite pour regarder un peu en arrière et faire le bilan de ces derniers mois. Je ne suis pas partisane des résolutions de début d’année, par contre, j’avais quand même envie de me fixer une ligne directrice pour pouvoir avancer dans la bonne direction. Après une petite peine de coeur, j’ai décidé que 2019 serait l’année de la dépendance et de la confiance. 2018 m’avait un peu mise à terre et j’avais besoin et envie de retrouver ma puissance personnelle, reprendre les rênes de ma vie, cesser de me faire du mal pour un homme ou une situation déplaisante et tout simplement travailler à être heureuse.

L’année avait démarré sur les chapeaux de roue, entre un séjour à Marseille, un weekend à Lyon pour co-animer des ateliers de yoga avec mon amie Lilith, une situation inconfortable au travail (je travaillais au service RH d’un cabinet d’avocats), j’ai débuté l’année complètement épuisée avec la ferme intention d’apprendre à me reposer et à écouter mon corps. Au mois de février j’ai également fait pas mal de choses (raté pour le repos ahah) entre le yoga, les séances de sport, les sorties et le weekend passé avec mon pizza coven à Paris.

Au mois de mars, j’ai passé un weekend magique avec Sandra Insoha et sa communauté, non loin de Paris, dans une charmante maison. De ce weekend, je garde d’excellents souvenirs, j’y ai fait de très belles rencontres. Je n’ai pas trop de mots à mettre sur cette expérience. Tout ce que je sais, c’est que je me suis sentie parfaitement à ma place et que cela m’a fait beaucoup de bien de rencontrer des personnes qui sont sur le même chemin spirituel. C’est également le mois où la tragédie est venue frapper un grand coup dans ma vie lorsqu’une de mes amies a quitté ce monde…Puis j’ai eu l’opportunité de suivre des modules de formation pour les professeurs de yoga auprès de l’Organic Alchemy School, guidées par les lumineuses Maricha et Ola Jas et c’était vraiment chouette ! Cela m’a rappelée à quel point j’aime apprendre et que le yoga restera toujours le grand amour de ma vie.

Au mois d’avril, j’ai dû lutter contre mes peurs et mon sentiment de culpabilité de me retrouver au chômage. Mon CDD au sein du cabinet d’avocats s’est terminé et je me suis retrouvée sans emploi. J’avais peur. Peur de ne pas pouvoir survivre avec les allocations, peur du regard des gens, peur d’être un boulet pour la société. J’ai suivi les précieux conseils de Sandra, à savoir créer de l’espace dans ma vie pour pouvoir accueillir quelque chose d’autre, voir les choses en grand et ne pas me préoccuper des étapes pour le moment afin de ne pas m’arrêter au premier obstacle. J’ai donc mis à profit mon temps libre pour finir la rédaction de notre livre avec Lilith, nous avons passé un weekend créatif ensemble chez elle à Lyon, à écrire, corriger, réfléchir à ce que nous voulions en termes d’illustrations etc. Ce qui est dingue c’est qu’au mois de mai 2018, un an avant jour pour jour, nous co-animions notre premier atelier Yoga et intuition à Paris !

Le mois de juin a été marqué par mon voyage en terre indonésienne. J’en ai vaguement parlé dans cet article mais globalement ce voyage m’a fait le plus grand bien et a constitué le point de départ d’un voyage encore plus grand: l’Australie ! En étant à Bali, j’ai réalisé à quel point être au contact d’autres cultures, d’autres paysages faisait vibrer mon être et je ne me voyais plus du tout rester en région parisienne.

Cela m’a donné l’impulsion dont j’avais besoin avant de changer radicalement de vie.

J’ai passé les mois de juillet et août à faire beaucouuuup de sport, principalement de la boxe et du bootcamp, souvent accompagnée de mon acolyte Marie (si tu lis ces lignes, merci de me suivre dans mes délires !), à boire des cafés avec mes amies, refaire le monde autour d’un thé et d’une pâtissserie. Bref, c’était la belle vie. J’ai profité de tout ce temps libre pour lancer mon podcast de méditations guidées qui est disponible sur différentes plateformes (spotify, deezer, spreaker…) voir l’onglet podcadst de mon site.

A force de faire autant de sport sans vraiment m’accorder de repos, mon corps a fini par lâcher, j’ai fait une grosse chute de tension et avant mon départ en septembre je me suis sentie complètement vidée. En arrivant à Melbourne j’ai donc décidé de maintenir une activité physique plus douce en reprenant la pratique quotidienne du yoga et en délaissant le cardio.

D’une vie parisienne où se trouvent mes amis et ma famille, où j’adorais sortir, tester de nouvelles activités, tentant de prouver plus ou moins inconsciemment que je « faisais » pour donner de la légitimité à mon existence, j’ai pris un virage à 180 degrés. Désormais, je « suis » beaucoup plus que je ne « fais ».

J’ai passé environ six semaines à Mildura, à vivre dans une bulle où le cercle de personnes gravitant autour de moi était très restreint, où prendre un café en terrasse est un vrai luxe alors que c’était un de mes passe-temps préférés à Paris. J’avais l’impression de vivre dans une autre dimension, où la vie est beaucoup plus simple, tout est très calme en apparence, où tous les jours sont différents et en même temps semblent se confondre en un seul très long dimanche. En franchissant le seuil de Benetook Backpackers Hostel, j’ai l’impression que quelqu’un a pressé le bouton « Pause » du monde extérieur alors que non, le temps continue son cours…

Vivre en Australie m’ouvre les yeux sur beaucoup de choses. A Paris, j’étais tellement déconnectée de la nature… A l’heure où j’écris ces lignes, je me trouve dans le Queensland. Il y fait une chaleur de plomb, la température avoisine les 40 degrés. Les bushfires (feux de brousse) font rage aux alentours de Sydney. Le changement climatique est une réalité qui frappe de plein fouet tout le monde, de nombreux koalas ont péri dans les incendies, ils ont vus leurs habitats naturels détruits, les eucalyptus qui constituent la majeure partie de leur alimentation sont de plus en plus pauvres en nutriments. La sécheresse a également des conséquences dramatiques: au moins trois personnes ont péri dans les incendies, la terre est trop sèche pour que les récoltes soient bonnes… Cela a des répercussions sur les fermiers qui ont perdu des sommes conséquentes d’argent cette année.

Le réchauffement climatique et la sécheresse soulèvent de vraies problématiques, notamment en termes d’eau. L’eau, cet élément qui nous permet de vivre, vient à manquer. L’eau est précieuse, elle le sera d’autant plus quand le thermomètre continuera de grimper inexorablement et nous sommes tous responsables de la manière dont nous la consommons…

J’écris tout cela car j’avais beau en avoir conscience avant, cette réalité du changement climatique me semblait si loin de mes préoccupations…

Nous les occidentaux, nous sommes privilégiés, en termes d’accès à l’eau potable et bien plus encore… Mais nous avons tendance à l’oublier.

Cet article est très loooong, j’en suis désolée. C’est que l’année 2019 aura été mouvementée pour moi ! Et vous, si vous deviez la résumer en quelques mots, qu’en retenez-vous ?

Pour résumer:

  • En termes de relations, si les schémas se répètent, c’est que les personnes impliquées ont toutes quelque chose à guérir comme une blessure d’abandon ou de rejet. Les schémas sont voués à se répéter jusqu’à ce que la leçon soit apprise et la plaie pansée.
  • Partir loin et seul.e est effrayant mais c’est tellement enrichissant. J’apprends à me réinventer, comme si le fait de vivre à un autre endroit, parler une autre langue, travailler dans un autre secteur d’activité me permettait d’être une personne différente.
  • Je n’ai jamais autant été dans le lâcher-prise qu’en ce moment. ça se fait plus ou moins naturellement, entre le weekend en camping où les deux véhicules tombent en panne successivement, les plans boulot qui tombent finalement à l’eau, tous les tracas du quotidien, les choses qui ne se déroulent pas comme prévu. Moi qui voulais tout contrôler je me surprends à ne plus résister et découvre que c’est beaucoup moins fatigant. J’apprends à m’en remettre à la Vie.

Laisser un commentaire