[Expire] 2020, amour des renouveaux

Hello , hello,

Je profite de cet article pour vous souhaiter sincèrement mes meilleurs voeux pour la décennie qui vient de débuter. Je sais que pour certain.e.s nous sommes simplement passé du mardi 31 au mercredi 1er mais j’aime la symbolique des renouveaux et je voulais venir ici pour partager avec vous mes intentions et vous encourager à penser aux vôtres pour dessiner la ligne directrice de votre avenir.

En temps normal le changement d’année me réjouit déjà car j’aime les renouveaux, ils sont tellement porteurs d’espoir et lorsqu’une nouvelle année débute, je la vois comme une opportunité de cheminer, encore et toujours, d’évoluer spirituellement…

2020 c’est aussi et surtout le début d’une nouvelle décennie et je n’ai pas pu m’empêcher de regarder un peu en arrière pour voir de quoi ont été faites les dix dernières années. Si le coeur vous en dit, Sandra Insoha propose de vous accompagner pour faire le bilan de la dernière décennie. Allez voir sa vidéo Youtube sur le sujet. Vous serez peut-être surpris.e.s par toutes les choses que vous avez accomplies ces dernières années.

Pour ma part, en dix ans, j’ai beaucoup déménagé… Les dernières années ont été marquées par mes études à Londres, mon stage de fin d’études à Amsterdam, mon premier contrat en tant que jeune diplômée à Amsterdam, un voyage inoubliable de trois mois en asie du sud est, une révélation spirituelle en Malaisie lors d’une retraite de yoga avec Susana… Puis j’ai passé les trois dernières années à Paris à pratiquer le yoga dans mes studios préférés et je suis passée de l’autre côté de la barrière en 2018 lorsque je me suis mise à enseigner à mon tour. Beaucoup de découvertes, d’explorations, de moments de joie, de galères, d’amitié et d’amour. Un chemin qui a parfois semblé mouvementé, mais ce que j’en retiens surtout, c’est toutes ces rencontres incroyables que j’ai eu la chance de faire que ce soit en France ou à l’étranger. J’ai eu l’impression de souvent me planter mais je n’ai jamais vraiment baissé les bras, tous mes échecs et moments durs je les considère désormais comme des moments cruciaux qui m’ont permis de me remettre en question, de changer de voie, d’abandonner ma peur de déplaire et mon envie de vouloir me conformer aux attentes des autres. J’ai enfin compris que je devais mener ma vie comme bon me semblait car même si ma voie semble sortir des sentiers battus, dans mon référentiel, elle est ma normalité.

Si ce qui fait chanter mon âme et vibrer mon coeur c’est de partir au bout du monde, me perdre pour me donner la chance de pouvoir me trouver vraiment, hors de question que je m’en prive… Bref, les 2010 ont été une décennie tellement riches en apprentissage, je suis reconnaissante envers toutes les personnes qui ont jalonné ce parcours, qui m’ont tendu la main à un moment ou un autre ou qui m’ont laissée les guider quand j’en avais la possibilité.

Je l’avais partagé sur ma page Facebook, je me suis inscrite au programme en ligne de Susannah Conway pour trouver mon mot de 2020. C’est un contenu gratuit et de qualité, inscrivez-vous sur son site pour recevoir cinq emails pendant cinq jours. Chaque email vous propose des exercices à réaliser et des questions à vous poser. Après m’être creusée la tête, mon mot de 2020 est apparu: CARE. Je n’ai pas trouvé d’équivalent en français qui englobe aussi bien ce que je souhaite faire de ma vie ces prochains mois. Mais on peut dire que cela équivaut au soin.

Tout commence à l’intérieur et par soi-même: SELF-CARE. En ce moment je suis encore dans le Queensland. Il y fait extrêmement chaud. Le travail commence à 6h30, je me lève donc aux aurores vers 5 heures. Malgré la fatigue, je mets un point d’honneur à me lever tôt pour pouvoir m’accorder une heure tranquille le matin: je me tire une carte de l’oracle Super attractor de Gabrielle Berstein pour commencer la journée avec une jolie intention et une pensée positive avant ou après le petit-déjeuner. C’est quelque chose de simple mais qui me permet de vivre mes matinées sans stress et de m’accorder du temps au calme. Le matin est mon moment préféré de la journée, ce moment de quiétude où les couleurs du ciel sont douces, les oiseaux chantent, la Nature se réveille. C’est primordial de s’accorder du temps pour soi, surtout lorsque l’on vit avec une quinzaine de personnes et que les moments solitaires sont rares. A la fin de la journée vers 18 heures, la température baisse légèrement et je pratique le yoga puis je médite en portant mon attention sur mon souffle, en prenant le temps d’écouter la mélodie de ma respiration. L’espace d’un instant, le mental est calme, apaisé. C’est le repos tant attendu du ‘monkey mind’, ce mental agité qui pense au passé ou s’inquiète concernant l’avenir. D’un coup, toutes ces pensées s’éloignent et je m’offre le cadeau de la pleine conscience, être avec moi-même dans l’instant présent.

Ces moments-là sont magiques car ils m’apportent une clarté d’esprit que j’ai rarement expérimenté jusqu’alors. Je prends le temps de me reconnecter à mon esprit, à mon corps et je découvre que rien ne me manque, mon coeur bat tranquillement dans ma cage thoracique, mon corps est en parfaite santé, la sécheresse extrême n’a pas empêché les arbres du jardin de fleurir gaiement et allongée dans l’herbe je contemple le ciel et les branches de l’arbre. Un moment magnifique, mon rendez-vous quotidien avec moi-même et le bien-être qu’il me procure est quelque chose j’ai à coeur de vous faire découvrir au travers des épisodes de méditation guidée que je propose (voir l’onglet Podcast de mon site).

CARE cela signifie aussi et surtout prendre soin du reste du monde. J’ai rédigé l’article précédent sur les feux en Australie sous le coup de l’émotion, beaucoup de colère face à l’injustice, beaucoup de tristesse face aux ravages… En 2020, j’essaie d’apporter ma contribution au monde en prenant soin des gens qui m’entourent. A Paris, les cours de yoga que je donnais étaient payants, depuis mon arrivée en Australie j’ai beaucoup enseigné gratuitement, c’est une forme de karma yoga, sur le long terme ce n’est certainement pas lucratif… Ma récompense c’est lorsque j’initie des personnes au yoga et que ça leur plait, que ça leur permet de découvrir des sensations physiques inédites (un élève m’a dit que ça lui avait fait un grand bien au dos), que je guide une méditation guidée pour visualiser la pluie, que je vois leurs visages détendus après un long savasana…

CARE c’est aussi le début de CAREFULLY car je suis lasse de toujours perdre mes affaires et passer mon temps à les chercher, j’ai compris que c’était une conséquence directe de mon manque d’attention. Je veux donc faire les choses en pleine conscience, attentivement.

Comme vous le voyez ce mot m’a bien inspirée !

Quelles sont vos intentions pour 2020 ? Avez-vous trouvé le mot qui donnera le ton des douze prochains mois ?

Je vous embrasse et vous dis à très vite.

Crédit photo: Julie De Sousa

 

 

Laisser un commentaire